MARTHE ET MARIE

Le Père R. Cantalamessa

Aller en bas

Le Père R. Cantalamessa

Message par Cécile le Ven 21 Nov 2008 - 20:30

avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 76
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Père R. Cantalamessa

Message par Fée Violine le Ven 21 Nov 2008 - 20:31

oh !
zut alors !
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Père R. Cantalamessa

Message par Fée Violine le Sam 22 Nov 2008 - 11:34

son dernier commentaire d'évangile :


Si Dieu existe vraiment, le non croyant a tout perdu, déclare le P. Cantalamessa

Commentaire de l’évangile du 23 novembre, sur le jugement dernier


ROME, Vendredi 21 novembre 2008 (ZENIT.org) - Nous publions ci-dessous le commentaire de l'Evangile du dimanche 23 novembre proposé par le père Raniero Cantalamessa OFM Cap, prédicateur de la Maison pontificale.


Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (25, 31-46)


Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres : il placera les brebis à sa droite, et les chèvres à sa gauche.
Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : 'Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde. Car j'avais faim, et vous m'avez donné à manger ; j'avais soif, et vous m'avez donné à boire ; j'étais un étranger, et vous m'avez accueilli ; j'étais nu, et vous m'avez habillé ; j'étais malade, et vous m'avez visité ; j'étais en prison, et vous êtes venus jusqu'à moi !'
Alors les justes lui répondront : 'Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu...? tu avais donc faim, et nous t'avons nourri ? tu avais soif, et nous t'avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t'avons accueilli ? tu étais nu, et nous t'avons habillé ? tu étais malade ou en prison... Quand sommes-nous venus jusqu'à toi ?'
Et le Roi leur répondra : 'Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait.'
Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : 'Allez-vous-en loin de moi, maudits, dans le feu éternel préparé pour le démon et ses anges. Car j'avais faim, et vous ne m'avez pas donné à manger ; j'avais soif, et vous ne m'avez pas donné à boire ; j'étais un étranger, et vous ne m'avez pas accueilli ; j'étais nu, et vous ne m'avez pas habillé ; j'étais malade et en prison, et vous ne m'avez pas visité.'
Alors ils répondront, eux aussi : 'Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu avoir faim et soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?'
Il leur répondra : 'Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l'avez pas fait à l'un de ces petits, à moi non plus vous ne l'avez pas fait.'
Et ils s'en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

Copyright AELF - 1980 - 2006 - Tous droits réservés



Toutes les nations seront rassemblées devant lui

L'Evangile du dernier dimanche de l'année liturgique, solennité du Christ Roi, nous fait assister à l'acte conclusif de l'histoire humaine : le jugement dernier. « Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres : il placera les brebis à sa droite, et les chèvres à sa gauche ».

Le premier message contenu dans cet évangile n'est pas la manière dont se déroule le jugement ou son résultat, mais le fait qu'il y aura un jugement, que le monde ne vient pas du hasard et ne finira pas au hasard. Il a commencé par une parole : « Que la lumière... Faisons l'homme » et finira par une parole : « Venez, les bénis...Allez-vous-en loin de moi, maudits ». Au début et à la fin du monde, il y a la décision d'un esprit intelligent et d'une volonté souveraine.

Ce début du millénaire est caractérisé par une discussion animée sur l'évolutionnisme et le créationnisme. En résumé, la dispute oppose ceux qui, se réclamant - parfois à tort - de Darwin, croient que le monde est le fruit d'une évolution aveugle, dominée par la sélection des espèces et ceux qui, tout en admettant une évolution, voient Dieu à l'œuvre dans le processus évolutif.

Il y a quelques jours s'est déroulée une session plénière de l'Académie pontificale des sciences, sur le thème : « Vues scientifiques autour de l'évolution de l'univers et de la vie », avec la participation des plus grands scientifiques mondiaux, croyants et non croyants, dont quelques Prix Nobel. Pour l'émission que j'anime sur Rai Uno j'ai interviewé l'un des scientifiques présents, le professeur Francis Collins, chef de l'équipe des chercheurs qui a conduit à la découverte du génome humain. Je lui ai demandé : « Si l'évolution est vraie, reste-t-il encore une place pour Dieu ? » Voici sa réponse : « Darwin avait raison lorsqu'il a formulé sa théorie selon laquelle nous descendons d'un ancêtre commun et selon laquelle il y a eu des changements progressifs sur de longues périodes, mais ceci est l'aspect mécanique expliquant comment la vie est arrivée à former cet extraordinaire panorama de diversité. Ce n'est pas une réponse à pourquoi il y a la vie. Il y a des aspects de l'humanité qui ne sont pas faciles à expliquer tels que notre sens moral, la connaissance du bien et du mal qui nous conduit parfois à faire des sacrifices qui ne sont pas dictés par les lois de l'évolution qui nous inciteraient à nous préserver à tout prix. Ceci n'est pas une preuve, mais n'est-ce pas une indication que Dieu existe ? »

J'ai aussi demandé au professeur Collins s'il avait d'abord cru en Dieu ou à Jésus Christ. Il m'a répondu : « Jusqu'à l'âge de 25 ans, j'étais athée. Je n'avais aucune préparation religieuse. J'étais un scientifique qui réduisait presque tout à des équations et des lois de physique. Mais en tant que médecin, j'ai commencé à voir les gens qui devaient affronter le problème de la vie et de la mort, et cela m'a fait pensé que mon athéisme n'était pas une idée enracinée. J'ai commencé à lire des textes sur les argumentations rationnelles de la foi que je ne connaissais pas. Je suis tout d'abord arrivé à la conviction que l'athéisme était l'alternative la moins acceptable et je suis progressivement arrivé à la conclusion qu'il devait exister un Dieu qui avait créé tout cela, mais je ne savais pas comment était ce Dieu. Cela m'a conduit à mener des recherches pour découvrir la nature de Dieu et je l'ai trouvée dans la Bible et dans la personne de Jésus. Au bout de deux ans de recherches j'ai compris que ce n'était plus raisonnable de continuer à résister et je suis devenu un disciple de Jésus ».

Un des grands défenseurs de l'évolutionnisme athée aujourd'hui est l'Anglais Richard Dawkins, auteur du libre « God Delusion » (L'illusion de Dieu). Il fait la promotion d'une campagne publicitaire qui se propose de mettre sur les bus des villes l'inscription suivante : « Dieu n'existe probablement pas : cesse de t'en faire et profite de la vie » (There's probably no God. Now stop worrying and enjoy life). « Probablement ». Il n'est donc pas complètement exclu qu'il puisse exister ! Si Dieu n'existe pas, le croyant n'a pratiquement rien perdu. En revanche, s'il existe, le non croyant a tout perdu.

Je me mets à la place d'un parent qui a un enfant porteur de handicap, autiste ou gravement malade, d'un immigré qui a fui la faim ou les horreurs de la guerre, d'un ouvrier qui a perdu son travail, d'un agriculteur expulsé de ses terres... Je me demande comment il réagirait devant cette annonce : « Dieu n'existe probablement pas : cesse de t'en faire et profite de la vie ! ».

L'existence du mal et de l'injustice dans le monde est certes un mystère et un scandale mais sans la foi et sans un jugement dernier, le mal et l'injustice apparaissent infiniment plus absurdes et plus tragiques encore. Au fil des millénaires de vie sur la terre l'homme s'est habitué à tout ; il s'est adapté à tous les climats, il s'est immunisé contre toutes les maladies. Il y a une chose à laquelle il ne s'est jamais habitué : l'injustice. Il continue à la ressentir comme une chose intolérable. Et c'est à cette soif de justice que répondra le jugement dernier.

Ce jugement ne sera pas voulu seulement par Dieu mais, paradoxalement, par les hommes aussi, même par les impies. Le poète Paul Claudel a écrit qu'au jour du jugement dernier il n'y aura pas seulement le Juge qui descendra du ciel mais toute la terre qui se précipitera à sa rencontre.

La fête du Christ Roi, avec l'évangile du jugement dernier, répond à l'espérance humaine la plus universelle. Elle nous assure que l'injustice et le mal n'auront pas le dernier mot et en même temps elle nous exhorte à vivre de telle manière que le jugement ne soit pas pour nous un jugement de condamnation mais de salut et que nous puissions être de ceux à qui le Christ dira : « Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde ».
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Père R. Cantalamessa

Message par Joss le Sam 22 Nov 2008 - 11:53

Ce passage de l'évangile résonne en moi de plus en plus fort...... C'est une explication de la parabole des deniers.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10509
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Père R. Cantalamessa

Message par Cécile le Ven 5 Déc 2008 - 21:45

Il revient ! un peu...pour un temps.

http://www.zenit.org/article-19559?l=french
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 76
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Père R. Cantalamessa

Message par Invité le Sam 6 Déc 2008 - 12:02

"Cantalamessa"
un nom ou un pseudo ? je suis naïf.....souvent.

Un pseudo de la même veine, j'ai connu un Père "Cantalausa" à Rodez, il n'est plus de ce monde, un Rouergat qui fut prof à l'université du Colorado.
" Soi pas que l'adralhan que passa
sus una dralha, long d'un ria;
lo caminaire que s'alassa
per caminar cap a son Dieu"

je ne donne pas la traduction, c'est facile à comprendre....sus las dralhas de la vida......
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Père R. Cantalamessa

Message par Invité le Sam 6 Déc 2008 - 12:14

P.S.
de son vrai nom: "Combes" .
la petite bio de chez Wiki:
Louis Combes , né en 1925 à Bédarieux et décédé le 22 septembre 2006 à Ceignac, près de Rodez, plus connu sous le pseudonyme de Joan de Cantalausa, nom sous lequel il signait ses livres, est un prêtre, professeur, écrivain et linguiste français, grand défenseur de la langue et de la culture occitane.

Dans les années 1970, militant de la renaissance de la patrie occitane, il fut à l'origine d'un autocollant qui lui valut « bien des soucis ». Érudit doué d'une très grande capacité de travail, il était aussi linguiste pratiquant l'occitan, le catalan, le français, l'araméen, le grec, le latin, l'anglais, l'allemand et le russe.

Sa grande œuvre restera le ' Diccionari general occitan.'
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Père R. Cantalamessa

Message par Cécile le Dim 7 Déc 2008 - 5:28

Le Père Raniero Cantalamessa, Capucin, né en 1934, Docteur en Théologie et en Lettres, a été professeur d’Histoire des origines chrétiennes et Directeur du Département des Sciences religieuses à l’Université Catholique du Sacré-Cœur de Milan et membre de la Commission Théologique Internationale de 1975 à 1981.
En 1980 il a quitté l’enseignement pour se dédier à la prédication de la Parole de Dieu. Depuis 1980 il est Prédicateur de la Maison Pontificale où il donne une Prédication, chaque semaine en Avent et en Carême, en présence du Pape, des cardinaux, évêques et prélats de la Curie romaine et des supérieurs généraux des ordres religieux.
Il a écrit de nombreux livres traduits dans une quinzaine de langues étrangères. Chaque samedi soir il anime un programme à la télévision italienne, RAI Uno, sur l’évangile du dimanche
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 76
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Père R. Cantalamessa

Message par Fée Violine le Dim 7 Déc 2008 - 8:57

Errance a écrit:"Cantalamessa"
un nom ou un pseudo ? je suis naïf.....souvent.

Un pseudo de la même veine, j'ai connu un Père "Cantalausa" à Rodez, il n'est plus de ce monde, un Rouergat qui fut prof à l'université du Colorado.
" Soi pas que l'adralhan que passa
sus una dralha, long d'un ria;
lo caminaire que s'alassa
per caminar cap a son Dieu"

je ne donne pas la traduction, c'est facile à comprendre....sus las dralhas de la vida......

eh oui, c'est son vrai nom ! Pas mal pour un prêtre !
Quant à la draille, je pense qu'en dehors d'ici, personne ne sait ce que c'est... Je traduis donc pour les étrangers: c'est un chemin.
Et c'est quoi "l'adralhan" ?
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Père R. Cantalamessa

Message par Invité le Dim 7 Déc 2008 - 10:17

Pardon, c’est vrai on ne peut pas accéder à ce mot ; l'occitan est une langue riche, je ne connais pas un mot équivalent en français, il me faut ici une phrase pour le faire comprendre : C'est l'étendue de chemin qu'on parcourt, toute la vie sans s'arrêter.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Père R. Cantalamessa

Message par Invité le Dim 7 Déc 2008 - 11:52

Une question à Madame la Fée, connais-tu les écrits de l'abbé Bessou, un Rouergat du XIXe s.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Père R. Cantalamessa

Message par Fée Violine le Dim 7 Déc 2008 - 15:20

non, pas du tout. Je connais un peu la Lozère, mais pratiquement pas l'Aveyron. Qu'est-ce qu'il a écrit?
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Père R. Cantalamessa

Message par Invité le Dim 7 Déc 2008 - 17:23

Des contes moraux. Moi qui n’aime pas les bondieuseries, j’adore les écrits de cet abbé. OUI, c’est édifiant, mais ils portent un christianisme merveilleusement humain. Ils ne sont pas en occitan, mais en patois du Rouergue, hélas, je ne le parle pas, rien qu’un pauvre vocabulaire. À l’oreille je me souviendrais toujours de ma tante Louise, lisant l’abbé. C’est inoubliable.
Si quelqu’un est intéressé, j’essayerais de vous faire partager son écriture, même si en français et surtout par écrit on perd 80 % de la magie.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Père R. Cantalamessa

Message par Fée Violine le Dim 7 Déc 2008 - 17:25

ah oui, volontiers !Very Happy
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Père R. Cantalamessa

Message par Invité le Dim 7 Déc 2008 - 17:48

C’est du boulot !
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Père R. Cantalamessa

Message par Fée Violine le Dim 7 Déc 2008 - 18:02

ah bon, il fallait répondre "non" par politesse ? :gnark:
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Père R. Cantalamessa

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum