MARTHE ET MARIE

La croix, mystère, scandale, victoire de la Miséricorde

Aller en bas

La croix, mystère, scandale, victoire de la Miséricorde

Message par etienne lorant le Mar 14 Sep 2010 - 12:50

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
Nul n'est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme.
De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l'homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle.
Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle.Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.

Je me demande s'il existe un texte plus simple à lire que celui-ci. Mais au même moment, je me dis que, pour quiconque n'a pas rencontre le Christ, c'est un de ces textes impénétrables qu'ils vont refermer avec impatience et agacement, en regrettant le temps perdu !

Voici donc un de ces passages de l'Evangile qui reste fermé et opaque pour ceux et celles qui lui opposent les vérités de la raison et de la science, mais qui se dévoile, ouvert comme le Salut, comme une écluse céleste, pour les petits enfants qui en ont franchi le mystère avec leur coeur. Pour les uns, le ciel est fermé et hermétiquement scellé par l'athmosphère : aucune prière ne peut franchir cette frontière, ni aucune grâce descendre des astres vers la terre. Mais pour les seconds, tout l'extérieur étant contenu dans l'intérieur de l'être, franchir ces espaces infinis vers Dieu ne prend qu'un instant.

Et la compréhension de l'univers, celle qui permet à ces deux opposés de se rejoindre et de coexister dans le monde, c'est la Croix.

Il est clair que le monde (autrefois, on disait aussi : "le siècle") ne veut reconnaître ni le Christ, ni la Croix. Celle-ci demeure un scandale absolu. Car la Croix condamne le péché pour ceux qui ne croient pas à la miséricorde - et elle est également un obstacle au labeur des philosophes et des théoriciens qui voudraient bien que les droits et les devoirs coexistent en harmonie. La Croix leur répond sans fin que l'harmonie des deux n'est pas de ce monde.

Pourtant, si les opposés peuvent malgré tout se rejoindre et coexister dans le monde, ainsi que je l'écris, c'est simplement que les hommes, tous les hommes, du passé, du présent et de l'avenir, sont en son croisement. Il faut reprendre la première lecture qui l'explique avec des images très claires: "Moïse fit un serpent de bronze et le dressa au sommet d'un mât. Quand un homme était mordu par un serpent, et qu'il regardait vers le serpent de bronze, il conservait la vie !" Dieu est vainqueur par la croix, car l'humain désire la vie ! Et l'homme ou la femme qui désirent le salut trouvent la Croix, qui est l'unique issue : le serpent de bronze qui y est cloué, c'est le péché de l'homme, où le Christ l'a vaincu, une fois pour toutes.

Ainsi, à tous ceux qui croient, à toutes celles qui croient, je peux me permettre de dire: "Quelle joie, quel bonheur ! Le monde nous crucifie mais nous sommes dans la Joie !
avatar
etienne lorant
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 05/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La croix, mystère, scandale, victoire de la Miséricorde

Message par etienne lorant le Lun 20 Sep 2010 - 15:43

En ce moment-même, sur un autre forum, se déroule un débat de débatteurs entre les tenants du Christ qui donne sa vie par Amour, en plein accord avec le Père et l'Esprit (dont je suis) et ceux qui proclament le Christ victime d'expiation pour nos péchés, dont le Dieu a voulu le sacrifice (dont je ne suis pas du tout). D'abord traité d'apostat (!), je me suis vu traiter de "protestant libéral". Or, la théologie qui a fini par l'emporter chez moi, c'est justement celle de la Miséricorde divine issue de la mission de sainte Faustine, que l'on ne peut guère "taxer" d'hérésie... Cette théologie nous offre la possibilité de nous offrir nous-mêmes en "sacrifice d'holocauste" pour le salut des pécheurs à la suite de Jésus-Christ. Les attributs de Sainteté et de Justice n'y sont pas placés "au second plan", mais c'est l'Amour miséricordieux qui l'emporte dans le coeur de Dieu. J'ai bien souvent découvert que souffrir allait de pair (ou de rime) avec s'offrir mais aussi s'ouvrir. Les deux vont bien ensemble: j'ai souffert pour m'ouvrir, et lorsque je fus ouvert, je souffris pour m'offrir. Il n'y a véritablement que l'Amour pour inspirer de telles pensées.
avatar
etienne lorant
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 05/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La croix, mystère, scandale, victoire de la Miséricorde

Message par Nazir le Mar 21 Sep 2010 - 11:04

Bonjour etienne lorant.
ce débat que vous nous rapportez,
entre les tenants du Christ qui donne sa vie par Amour, en plein accord avec le Père et l'Esprit (dont je suis) et ceux qui proclament le Christ victime d'expiation pour nos péchés, dont le Dieu a voulu le sacrifice (dont je ne suis pas du tout).
est insensé.

Au risque de vous choquer, je ne vois pas de différence entre les deux propositions. Et c'est pourquoi ce débat digne de débatteurs n'a pas plus de sens que de discerter du sexe des anges, autre débat historique de débatteurs.

Christ qui donne sa vie par Amour, en plein accord avec le Père
Il ne fait aucun doute que Jésus Christ à pleinement voulu se sacrifice, en accord avec son Père.
Et pour aller plus loin ce don du Fils par le Père pour le salut des hommes, avec le plein accord du Fils, était pour les pères de l'Eglise déjà prophétisé par Ge 22 (Sacrifice d'Isaac) en la personne d'Abraham offrant Isaac en sacrifice, avec l'approbation de ce dernier.

Mais l'autre alternative, tel que vous la rapportez est également juste.

le Christ victime d'expiation pour nos péchés, dont Dieu a voulu le sacrifice
Si Dieu ne l'avait pas voulu ce sacrifice aurait-il eu lieu ?
Pour que Christ donne sa vie en plein accord avec le Père, encore faut-il que le Père l'ai voulu.
Et comment lisez vous ces textes qui, par ailleurs, ne sont pas les seuls traitant de la nécessité du sacrifice du Messie ?
LUC 24 25 Alors il leur dit: "O cœurs sans intelligence, lents à croire à tout ce qu'ont annoncé les Prophètes ! 26 Ne fallait-il pas que le Christ endurât ces souffrances pour entrer dans sa gloire ?" 27 Et, commençant par Moïse et parcourant tous les Prophètes, il leur interpréta dans toutes les Ecritures, ce qui le concernait.

Luc 24 44 […] Puis il leur dit : " Telles sont bien les paroles que je vous ai dites quand j'étais encore avec vous : il faut que s'accomplisse tout ce qui est écrit de moi dans la Loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. " 45 - Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures 46 - et il leur dit : " Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait et ressusciterait d'entre les morts le troisième jour, 47 - et qu'en son Nom le repentir en vue de la rémission des péchés serait proclamé à toutes les nations, à commencer par Jérusalem.

et ce que dit Jésus à Getsémanie :
Matthieu :
Etant allé un peu plus loin, il tomba face contre terre en faisant cette prière: "Mon Père, s'il est possible, que cette coupe passe loin de moi! Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux."
Marc :
Etant allé un peu plus loin, il tombait à terre, et il priait pour que, s'il était possible, cette heure passât loin de lui. 36 Et il disait: "Abba (Père)! tout t'est possible: éloigne de moi cette coupe; pourtant, pas ce que je veux, mais ce que tu veux!"
Luc :
41 Puis il s'éloigna d'eux d'environ un jet de pierre et, fléchissant les genoux, il priait en disant: "Père, si tu veux, éloigne de moi cette coupe! Cependant, que ce ne soit pas ma volonté, mais la tienne qui se fasse!"

Ce qui est écrit ne vient-il pas de Dieu, donc du Père autant que du Fils ?

Le seul point de la seconde alternative qui me choc est l'expression :"dont le dieu" qui laisse à entendre que le dieu de Jésus n'est pas Dieu.

Je retrouve là la signature de la Gnose, voir d'autre religion.

Les attributs de Sainteté et de Justice n'y sont pas placés "au second plan", mais c'est l'Amour miséricordieux qui l'emporte dans le coeur de Dieu... Or, la théologie qui a fini par l'emporter chez moi, c'est justement celle de la Miséricorde divine issue de la mission de sainte Faustine...
Peut-il y avoir miséricorde sans vérité ni justice ?
Non ! Pas de second plan, pas de premier plan dans la miséricorde de Dieu. Tout est sur le même pied. Mystère incompréhensible pour nous que cet amour infini de Dieu qui sait intégrer miséricorde, vérité et justice.
Amour et vérité se rencontre,
justice et droit sont l'assise de son trône
O abîme de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu! Que ses décrets sont insondables et ses voies incompréhensibles! 34 Qui en effet a jamais connu la pensée du Seigneur? Qui en fut jamais le conseiller? 35 Ou bien qui l'a prévenu de ses dons pour devoir être payé de retour? 36 Car tout est de lui et par lui et pour lui. A lui soit la gloire éternellement! Amen.
Voici un lien interessant sur ce sujet : http://www.mariedenazareth.com/13592.0.html?&L=0 qui fait appel au catéchisme de l'Eglise Catholique. Tout y est dit.

Nazir
Installé
Installé

Masculin Nombre de messages : 244
Localisation : PACA
Date d'inscription : 30/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La croix, mystère, scandale, victoire de la Miséricorde

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum