MARTHE ET MARIE

La Sainte Famille

Aller en bas

La Sainte Famille

Message par père JEAN le Lun 20 Déc 2010 - 7:43




Protéger la famille




Textes bibliques : Lire

Nous venons de fêter dans la joie la naissance du Christ et sa venue dans notre monde. Nous avons été nombreux à nous rassembler dans les églises la nuit et le jour de Noël. Cette fête a également donné lieu à des réveillons et des rencontres familiales. Des efforts très méritoires ont été réalisés pour que les plus pauvres soient associés à cette joie. Mais nous, chrétiens, nous ne voulons pas oublier que Celui qui est à l'origine de toutes ces festivités, c'est le Christ Sauveur. Vivre Noël, c'est accueillir Jésus qui vient et qui continue à venir. Il frappe à notre porte et il attend notre réponse et notre accueil. Y aura-t-il de la place pour lui dans notre vie ?


Au lendemain de Noël, notre regard se porte vers la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph. Cette fête a été instaurée voilà un siècle. Vers les années 1920, la pastorale s'inquiétait déjà de l'évolution de la famille. Il n'est pas question de gâcher notre joie de Noël, mais nous ne pouvons pas fermer les yeux devant toutes ces familles qui vivent des situations difficiles. C'est vraiment triste de voir des couples, des frères et sœurs qui ne peuvent plus vivre Noël ensemble. Heureusement, en cette période, nous sommes témoins de gestes de solidarité et d'accueil à l'égard de personnes seules. Des parents qui ont de l'amour à donner choisissent d'adopter un ou plusieurs enfants. Des parents se privent pour que leurs enfants puissent vivre heureux. Ils font tout pour les protéger et les aider à grandir.


Dans l'évangile de ce dimanche, nous voyons une famille unie et solidaire autour de l'enfant qu'il faut protéger à tout prix. En cette nuit, à Bethléem, elle dort du repos des justes. Mais à Jérusalem, le roi Hérode ne dort pas. Pour lui, c'est la nuit de la conspiration. Il ne veut pas de rival. Il a peur de ce nouveau roi qu'on vient de lui annoncer et il cherche à le faire périr. Le funeste projet d'Hérode ne verra pas le jour. C'est la prière du psaume 120 qui se réalise : "Le Seigneur te gardera de tout mal, il gardera ta vie." Cet appel à la Providence s'adresse aussi à chacun de nous et nous devons l'entendre. Mais la Providence ne supprime pas un effort personnel de notre part. Elle compte sur notre collaboration.


La folie meurtrière n'est pas du seul fait d'Hérode. Nous la retrouvons tout au long des siècles, en Europe et dans divers pays du monde. Dans tous les cas, les familles sont les premières victimes de la convoitise et des affrontements politiques. Comme Marie et Joseph, beaucoup doivent fuir à l'étranger s'ils veulent protéger leur vie et celle de leurs enfants. Et dans le pays qui les accueille, ils deviennent des exclus, des "sans papier". Mais à travers eux, c'est aussi le Christ qui est là. Tout ce que nous faisons pour le plus petit d'entre les siens, c'est à lui que nous le faisons. C'est sur notre amour pour ces petits que nous serons jugés.


Marie et Joseph font partie de ces petits et de ces pauvres. C'est à eux que Dieu a confié le trésor le plus inimaginable, son propre Fils bien-aimé, celui qui est de toute éternité le reflet de sa splendeur. Pour veiller sur un tel trésor, nous aurions pris des précautions, nous aurions engagé des gardes du corps ou installé des systèmes de surveillance. Mais Dieu ne fait rien de tout cela. Ce n'est pas dans ses habitudes. Il s'est confié à un homme et une femme pauvres et aux mains nues. Comme nous le dit saint Paul, la puissance de Dieu se déploie dans la faiblesse humaine.


Tout au long de son ministère, c'est ainsi que le Christ agira. Il choisira des hommes encore plus pauvres et plus fragiles, capables de le trahir. C'est à eux qu'il confiera l'annonce de la bonne nouvelle. Et aujourd'hui encore, il confie à des hommes et des femmes fragiles ces trésors que sont les enfants. Alors comment ne pas penser à tous ceux dont la vie est menacée, ceux qui sont victimes des guerres, et de la famine, ceux qui sont victimes des violences et de la maltraitance, ceux qui sont menacés par le manque de soins, manque d'amour et d'affection. En nous révélant la grandeur et la fragilité de l'enfant Jésus, Noël nous invite à nous soucier de chaque enfant. Nous sommes appelés à tout faire pour que chacun puisse grandir sans danger et s'épanouir dans la joie. A travers tous ces enfants qui subissent toutes sortes d'épreuves douloureuses, c'est le Christ qui attend notre amour. Il est toujours du côté des petits, des pauvres et des exclus.


Voilà cette famille de Jésus, Marie et Joseph ; mais plus tard, le Christ nous révèlera qu'il fait partie d'une autre Famille, celle de Dieu Père, Fils et Saint Esprit. Sa mission sera de ramener tous les hommes vers le Père. Au jour de notre baptême, nous avons été introduits dans cette Famille de Dieu. Nous avons été immergés dans cet océan d'amour qui est en lui. Et nous sommes invités à marcher tous les jours vers ce monde nouveau que Jésus appelle le Royaume de Dieu. Tout cela vient nous rappeler que la fête de la Sainte Famille c'est aussi la nôtre car nous en faisons tous partie.


Merci Seigneur pour l'exemple que nous donne ta Famille terrestre. Que nos familles vivent, comme elle, dans un abandon filial en ta Providence. Tu es le Dieu qui se met à genoux devant nous. Aide-nous à t'accueillir pleinement, comme Joseph et Marie et à te donner la première place dans notre vie. Amen


D'après diverses sources



avatar
père JEAN
Membre actif
Membre actif

Masculin Nombre de messages : 650
Age : 73
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 05/06/2010

http://www.puiseralasource.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Sainte Famille

Message par etienne lorant le Dim 26 Déc 2010 - 14:19

Fête de la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph
Fête de St-Etienne

Livre de l'Ecclésiastique 3,2-6.12-14.
Le Seigneur glorifie le père dans ses enfants, il renforce l'autorité de la mère sur ses fils.
Celui qui honore son père obtient le pardon de ses fautes,
celui qui glorifie sa mère est comme celui qui amasse un trésor.
Celui qui honore son père aura de la joie dans ses enfants, au jour de sa prière il sera exaucé.
Celui qui glorifie son père verra de longs jours, celui qui obéit au Seigneur donne du réconfort à sa mère.
Mon fils, soutiens ton père dans sa vieillesse, ne le chagrine pas pendant sa vie.
Même si son esprit l'abandonne, sois indulgent, ne le méprise pas, toi qui es en pleine force.
Car ta miséricorde envers ton père ne sera pas oubliée, et elle relèvera ta maison si elle est ruinée par le péché.
(AELF)

Je suis heureux que cette fête de la Sainte Famille tombe justement le jour où l'Eglise fête aussi saint-Etienne, ce qui m'a sauté aux yeux, bien sûr. Y a-t-il un message caché, un peu comme si les grâces obtenues par ceux et celles qui honorent père et mère sont nécessairement accompagnées du don de soi jusqu'au sacrifice ? La fête de Noël, je l'ai passée à jeun, couché et malade (du simple fait d'un cassoulet que j'avais gratiné... je n'ai certes plus l'estomac d'avant !) J'ai donc suivi la messe de Noël à la radio et j'ai pu communier car j'avais demandé une hostie pour ma mère - mais elle avait pu communier avant moi. Pendant que je me remettais péniblement - je n'ai pu avaler que de l'eau durant plus de quarante heures, les grandes ripailles ont eu lieu.

Je me suis senti vexé, et puis, j'ai eu comme une intuition: il était bien préférable pour moi de passer Noël à prier que de participer à la Noël du traditionnel grand repas de famille ! Cette dernière 'tradition' commence d'ailleurs à s'effacer elle aussi: pourquoi les enfants et les petits-enfants devraient-ils voyager un peu pour se retrouver autour d'une table avec les vieux ? C'est devenu très ringard, tout çà ! En outre, le prophète de la météo qui sévit tant à la radio que sur les chaînes de télé avait dit au peuple d'éviter de prendre la route, d'autant plus que les responsables, un peu partout, avaient oublié de commander de quoi sabler les routes... Du coup, beaucoup de gentilles grand-mères et arrière grands-mères n'ont pas même reçu un coup de téléphone réconfortant de leur progéniture.

Les cauchemars ont suivi, le sentiment d'inutilité totale et le pressentiment que ce sera pire encore. Mais ce matin, révéillé à 8h, j'ai sauté du lit et j'étais, pile à l'heure, à l'Eucharistie du plus lointain village où je me rends le dimanche depuis quelques mois. Je n'avais pas eu une seconde à perdre, mais la question de la météo ne pas inquiété: j'ai foncé puisque j'étais poussé de l'intérieur. Les routes, effectivement, étaient tantôt déneigées, tantôt des patinoires où il ne valait mieux pas dépasser 20 km/h. Mais d'y être ce fut une vraie victoire sur les ténèbres - celles-la mêmes dont il est dit qu'elles n'ont pas reçu la Lumière, mais à ceux qui l'ont reçue, elle a reçu le pouvoir de devenir enfants de Dieu.

Me voici remonté: je suis toujours enfant de Dieu, quel bonheur ! Le pouvoir de devenir enfant de Dieu, c'est celui qui est donné à tous ceux et toutes celles qui, tenant compte de la Parole de Dieu plus que des bruits du monde, qui obéissent au souffle qui les fait lever, prendront encore des risques et s'exposeront plus encore. C'est la force que je ressens depuis ce matin, renouvelée. Je sais aussi que le Christ, lorsque l'homme dit qu'Il a opéré une guérison, en réalité Il a fait une création nouvelle. Beaucoup de ceux et celles que j'ai rencontrés sont, sans l'avoir reconnu pleinement, devenus des créations nouvelles, toutes destinées pour le Royaume !
avatar
etienne lorant
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 05/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum