MARTHE ET MARIE

La sueur du traître

Aller en bas

La sueur du traître

Message par etienne lorant le Mer 20 Avr 2011 - 14:45

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 26,14-25.
L'un des douze Apôtres de Jésus, nommé Judas Iscariote, alla trouver les chefs des prêtres et leur dit : « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui proposèrent trente pièces d'argent. Dès lors, Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer.


D'abord, convenir de la somme, ensuite cherchez l'occasion. Le travail de traître demande de l'application ! Ce qui me fait dire qu'il coule du front de l'homme autant de sueur quand il fait le mal que quand il fait le bien... mais la sueur de l'un sent meilleur que celle de l'autre !

C'est un dur métier de trahir, et c'est d'autant plus lourd que çà sent mauvais, qu'il faut s'y corrompre et s'y avilir (comme dans le fait de choisir un baiser amical comme signe de reconnaissance pour dire : "Allez-y, c'est lui !) Les traîtres ne sont jamais aimés - évidemment pas de ceux qu'ils ont donnés, mais pas non plus de ceux à qui ils vendent, car trahir sent partout la mort et le cadavre.

Or, dans quel but ? Pourquoi ? Judas, s'il avait volé dans la bourse commune, avait déjà dû se constituer un bon petit butin, tenu au secret, en attendant d'autres occasions. Mais peut-être a-t-il que son heure de gloire était enfin arrivée ! Peut-être espérait-il encore de forcer son maître à manifester sa puissance ? Comme il est difficile de pénétrer dans les méandres des pensées de Judas afin d'en dégager la motivation profonde !

Je songe à ce que j'ai lu parfois: "Après tout, Pierre aussi a
renié Jésus, et les autres se sont enfuis - l'un d'entre eux a même
laissé son vêtement : que des braves !" Et donc: pourquoi condamner le seul Judas ? Après tout, il fut l'instrument du destin! Sauf que si ce n'avait été Judas, il s'en fut trouvé un autre. Judas ne devait donc pas traîner. Il lui fallait trouver le bon moment pour s'éloigner des uns afin de s'approcher des autres. Tandis que Pierre à renié sous l'emprise de la panique, et que Jean et les autres se sont enfuis à l'heure la plus pénible du petit matin - j'aurais fui, moi aussi, et vite encore !

Finalement, ce qui distingue Judas parmi tous, c'est son calcul. Un calcul prolongé dans le temps. Un calcul comme une succession de chiffre 6 qui ne conduit jamais à 7 - voici pour le démon. Judas a certainement voulu aimer, mais à la fin il était plus fort en calcul qu'en amour. L'amour permet de se donner soi-même et de s'oublier, tandis le calcul pousse à tout évaluer et finalement, on s'y perd. Pierre a pleuré son reniement et fut pardonné; le calculateur s'est pendu: car se pendre, c'est dire encore
une fois : je ne puis être pardonné, puisque moi je ne vaux rien...

Je m'arrête ici, car ses pensées, les miennes, finiraient par me donner la chair de poule, c'est vraiment une descente dans les ténèbres et le Psaume 55 en est rempli...

« Si l'insulte me venait d'un ennemi,
je pourrais l'endurer ;
si mon rival s'élevait contre moi,
je pourrais me dérober.
Mais toi, un homme de mon rang,
mon familier, mon intime !
Que notre entente était bonne,
quand nous allions d'un même pas dans la maison de Dieu !
Un traître a porté la main sur ses amis,
profané son alliance :
il montre un visage séduisant,
mais son cœur fait la guerre ;
sa parole est plus suave qu'un parfum,
mais elle est un poignard. »
avatar
etienne lorant
Membre actif
Membre actif

Nombre de messages : 805
Date d'inscription : 05/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum