MARTHE ET MARIE

Ces jeunes filles qu'on assassine

Aller en bas

Ces jeunes filles qu'on assassine

Message par Belen le Sam 19 Nov 2011 - 12:09

Je n'en peux plus de tous ces meurtres de jeunes filles, de jeunes femmes, sacrifiées pour un plaisir fugace dans la domination et la mépris total de ce qu'elles sont. On observe là ce que l'homme a de plus mauvais en lui, satisfaire des instincts bestiaux en niant totalement à leur victime le droit à l'intégrité physique et morale, à la vie.

J'ai un garçon et deux filles, et j'ai été obligée de les élever en donnant moins de liberté à mes filles que je n'ai pu en donner à mon fils. Je leur ai dit, navrée, que le monde était ainsi, qu'elles pouvaient rencontrer un prédateur qui ne considèrerait que ses instincts et mépriserait leur liberté, leur innocence. Je leur ai dit qu'en tant que femme, nous étions toujours à la merci d'un bourreau, que c'était une suprême injustice, mais que nous n'avions pas d'autre choix que d'organiser notre vie en conséquence.

Je ne connais pas une seule femme qui n'ait subi au moins une fois dans sa vie une situation qui aurait pu mal tourner pour elle.

Je suis assez révoltée que l'Eglise n'évoque jamais cette question. Quand j'étais petite, ma mère avait une dévotion pour Maria Goretti. Voilà ce que l'Eglise a voulu donner en exemple : mourir pour un violeur, et pardonner à ce pauvre violeur...

Il n'est qu'à voir l'exemple de l'excommunication de la mère de la petite fille enceinte à 9 ans de son beau-père pour voir que l'Eglise a décidément du mal à saisir la blessure profonde, le scandale du viol, profanation du corps de la fillette, de la femme, qui surpasse à mon avis tous les autres crimes...
avatar
Belen
Membre actif
Membre actif

Féminin Nombre de messages : 608
Age : 54
Date d'inscription : 15/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces jeunes filles qu'on assassine

Message par Cécile le Dim 20 Nov 2011 - 19:38

Tout le monde est bouleversé par l'assassinat de cette petite Agnès, et aussi par le jeune âge et la détermination du présumé meurtrier.
On en reste sans voix...


Malheureusement je pense que ces horribles faits ne sont pas nouveaux. Ce qui était connu dans une région autrefois, l'est maintenant pour la planète !

Maria Goretti a préféré la mort au péché, elle a choisi. Je ne crois pas qu'Agnès ait eu le choix...

Les faits nous montrent aussi que les garçons ne sont pas à l'abri des prédateurs.

Tu dis que ta mère avait une dévotion pour Maria Goretti. Son exemple était du "pain béni" pour maintenir les jeunes filles dans le droit chemin...

Que crois-tu que l'Eglise devrait faire ? L'histoire de la petite Brésilienne a été galvaudée, la désinformation a fait son travail... L'évêque a été maladroit, et n'a pas été suivi par l'Eglise.
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 76
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces jeunes filles qu'on assassine

Message par Joss le Mer 23 Nov 2011 - 11:32

Meurtre d'Agnès : «Nous avons entendu deux grands cris»
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/11/20/01016-20111120ARTFIG00174-meutre-d-agnes-un-collegien-temoigne.php

INTERVIEW - Paul était un ami d'Agnès. Il connaissait aussi très bien Mathieu, son assassin présumé. Scolarisé au collège-lycée Cévenol en 3e, dans la même classe que la victime, il livre un témoignage terrifiant sur la tragédie, vécue de l'intérieur. Avec une vidéo BFMTV

LE FIGARO. - Comment s'expliquer un tel drame?

PAUL. - Nous sommes tous persuadés qu'il a été prémédité. Mathieu a appâté Agnès avant de l'entraîner en forêt. Il avait tout prévu. Une semaine avant les faits, il est même venu nous voir pour nous demander le prix d'une bouteille d'essence. On s'était dit qu'il allait s'en servir pour recharger son briquet Zippo. Jamais personne ne se serait douté de ce qu'il allait faire. Agnès était très gentille et sociable, pas du tout timide. Bonne élève, elle était pleine de projets et voulait notamment devenir cinéaste. Elle était drôle et elle nous manque…

Personne ne s'était méfié de Mathieu?

Non, car il est assez cultivé et, en apparence, plutôt sympathique. Scolarisé en première, c'est un fana d'informatique, assez fort en hacking. Pour brouiller les pistes, il s'était inventé une vie, en nous mentant en permanence. Il disait avoir 19 ans et ne parlait jamais de son passé. Il nous avait juste raconté des problèmes rencontrés avec des consommations de stupéfiants.

Quand avez-vous éprouvé vos premiers soupçons?

Mercredi dernier, pas avant. Vers 17h30, tout le monde était revenu à l'étude. Il ne manquait qu'Agnès, ce qui n'était pas dans ses habitudes car elle était studieuse. En remarquant son absence à l'heure du dîner, on a commencé à avoir tous peur pour elle. En dépit de l'interdiction du surveillant, nous avons commencé à fouiller le domaine de notre établissement, puis nous sommes partis vers la forêt voisine.

Et alors?

Une quarantaine d'élèves, des volontaires de toutes classes confondues, ont parcouru les bois, par endroits difficiles d'accès qui s'étendent sur 18 hectares. Dans la nuit tombée, nous avons entendu de façon flagrante deux grands cris. Cela ressemblait à deux hurlements. Nous avons tenté d'aller vers cette direction mais c'était une zone infranchissable, personne ne pouvait plus avancer. Puis une odeur de brûlé est parvenue jusqu'à nous. À ce moment, nous avons cru à un feu de bois quelque part mais la panique commençait à nous gagner. Vers 20 heures, nos recherches étaient interrompues.

Vous êtes donc tous revenus au collège-lycée?

Oui. C'est à ce moment que des élèves ont surpris Mathieu en train de ressortir de la forêt. Il était seul et avait le visage caché par une écharpe. Ce n'est qu'après que l'on a vu des griffures sur sa joue. Sans rien dire, il a pris une douche pendant une heure. En ressortant, les copains ont vu qu'il n'était pas normal. Il transpirait et ne nous regardait pas dans les yeux. Il a d'abord expliqué s'être griffé le visage en tombant dans une flaque, puis à l'internat, puis dans des buissons. On a alors compris à 100% qu'il était lié à la disparition d'Agnès. On a fait part de nos doutes le lendemain au conseiller principal d'éducation qui nous a aussitôt dit de prévenir les gendarmes. Mathieu a été embarqué dans la foulée, mais on ne savait pas ce qu'on lui reprochait…

Vous ignoriez encore tout de la fin tragique d'Agnès?

Nous avons appris sa mort vendredi soir. Tous les élèves étaient réunis devant la télévision quand un responsable de l'établissement a demandé de couper le poste car il avait «quelque chose à nous dire» avant de dire «on a retrouvé un corps en forêt». Même si le prénom n'a pas été prononcé, tout le monde a compris qu'il s'agissait de notre Agnès. Pendant plusieurs heures, professeurs, membres de la direction, surveillants et élèves ont fondu en larmes. Maintenant, chacun essaie de comprendre pourquoi, et surtout comment, un assassin en puissance a été accepté parmi nous.

(*) Son prénom a été modifié



... C'est fou, cette histoire...
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10510
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces jeunes filles qu'on assassine

Message par Cécile le Mer 23 Nov 2011 - 11:37

J'avais lu ça...
Ces jeunes ne sont pas prêts d'oublier ces cris !
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 76
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces jeunes filles qu'on assassine

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum