MARTHE ET MARIE

Qu’il me baise des baisers de sa bouche ! CANTIQUE DES CANTI

Aller en bas

Qu’il me baise des baisers de sa bouche ! CANTIQUE DES CANTI

Message par Joss le Mar 24 Juil 2007 - 10:08

Cantique des cantiques

Chapitre I

1 Cantique des Cantiques, de Salomon.


2 Qu'il me baise des baisers de sa bouche !
Car ton amour est meilleur que le vin ;
3 tes parfums ont une odeur suave,
ton nom est une huile épandue ;
c'est pourquoi les jeunes filles t'aiment.
4 Entraîne-moi après toi ; courons !
Le roi m'a fait entrer dans ses appartements ;
nous tressaillirons, nous nous réjouirons en toi:
nous célébrerons ton amour plus que le vin.
Qu'on a raison de t'aimer !
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10509
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu’il me baise des baisers de sa bouche ! CANTIQUE DES CANTI

Message par Joss le Mar 24 Juil 2007 - 10:10

Qu'il me baise des baisers de sa bouche


Ce verset, qui introduit tout le Cantique des Cantiques, exprime le condensé de toute l'espérance chrétienne, et pré-chrétienne, dans sa dimension la plus intime : « Que Dieu se donne à moi concrètement, sans intermédiaire, comme un amoureux embrassant sa bien aimée ! ».

Avant le Christ, le peuple élu aspire à l'arrivée du Messie, par lequel Dieu se donnera enfin, sans les
intermédiaire de la Loi et des Prophètes.

L'âme chrétienne et d'une certaine manière, toute âme droite, désire intensément être touchée par Dieu dans une véritable expérience mystique (mystique = contact expérimental avec le Mystère de Dieu).

Le Dieu qu'elle attend est d'abord le Christ ressuscité. Puisqu'il s'est désigné lui-même comme l'Epoux (MAT 9, 15), il invite toute personne humaine à devenir spirituellement son épouse bien-aimée, au sein de l'Eglise (Personne collective de l'Epouse). Le lieu privilégié de ce « mariage » est la communion eucharistique : elle réalise le baiser du Christ pour l'âme qui l'adore.

Par le Christ, c'est aussi la SainteTrinité qui s'engage dans cette union intime : le Père qui embrasse (qui donne), le Fils qui est la bouche (les lèvres), l'Esprit-Saint qui est le baiser du Père et du Fils (la grâce reçue au fond du coeur).

Enfin le désir d'union mystique s'étend à tous les moments de la vie, aux Noces éternelles après la mort, à la venue glorieuse du Fils à la fin des temps. Seule la prière continuelle permet de comprendre et de vivre le langage de cet amour passionné pour le Seigneur.


Dernière édition par le Mar 24 Juil 2007 - 16:18, édité 1 fois
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10509
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu’il me baise des baisers de sa bouche ! CANTIQUE DES CANTI

Message par Joss le Mar 24 Juil 2007 - 10:28

Ce qu'en dit sainte Thérèse d'Avila :

SEPTIEME DEMEURE - Chapitre 3
A ces admirables effets, il faut joindre encore tous les autres dont j’ai parlé dans les divers degrés d’oraison, pour avoir une idée juste de ce que Dieu opère dans l’âme ; lorsqu’il l’unit à lui par ce baiser(1) qu’elle lui demandait avec l’Épouse des Cantiques. C’est ici, selon moi, que Dieu, exauçant sa demande, lui donne ce gage souverain de son amour. C’est ici la source des eaux vives où cette biche blessée boit à longs traits et étanche sa soif. C’est ici le tabernacle de Dieu où cette bien-aimée goûte d’ineffables délices(2). Enfin, c’est ici que cette colombe, comme celle que Noé fit sortir de l’arche pour voir si les eaux du déluge étaient écoulées, a trouvé le rameau d’olivier, et annonce, en le montrant, qu’elle a rencontré la terre ferme au milieu des (lots et des tempêtes du monde.
(1) CANT 1. 1
(2) AP XXI, 3

PENSEES SUR L'AMOUR DE DIEU – Chapitre 3

Qu'il me baise des baisers de sa bouche

O sainte Epouse, arrivons à ce que vous demandez, c'est à dire à cette sainte paix qui fait que l'âme ne redoute pas de se mettre en guerre contre tous les mondains, tout en demeurant elle-même complètement rassurée et pacifique ! Quel bonheur incomparable que celui d'obtenir cette faveur ! Car l'âme s'unit alors d'une manière si étroite à la volonté de Dieu, qu'il n'y a plus de division entre Lui et elle. Il n'y a plus qu'une seule et même volonté, manifestée non par des paroles, ou par des désirs seulement, mais par des oeuvres. Aussi, dès qu'elle comprend qu'elle sert mieux son époux en quelque chose, elle éprouve un tel amour pour Lui, elle brûle d'un si grand désir de le contenter, qu'elle n'écoute point les raisons que l'entendement lui fournit pour l'en détourner ni les craintes qu'il lui suggère ; elle laisse seulement agir la foi sans considérer ni son intérêt ni son repos ; car
elle a enfin finit de comprendre que c'est là qu'elle trouvera tout bien.


Dernière édition par le Mar 24 Juil 2007 - 14:53, édité 1 fois
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10509
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu’il me baise des baisers de sa bouche ! CANTIQUE DES CANTI

Message par Joss le Mar 24 Juil 2007 - 13:41

Joss a écrit:
Car ton amour est meilleur que le vin ;

L'union mystique est ici comparée à l'ivresse. Lorsque l'âme rencontre Dieu dans une infusion de l'Esprit-Saint, elle éprouve tôt ou tard une émotion intense. Elle goûte soudain comme le Seigneur est bon. La sagesse d'amour qu'elle reçoit lui donne une audace folle pour affronter l'existence ordinaire et les situations extraordinaires. Les caresses de Dieu sont les signes concrets de son
amour pour nous. A nous de les rechercher dans notre vie, et d'en rendre grace.

A la pentecôte, on a pu croire que les chrétiens remplis de l'Esprit-Saint étaient pleins de vin doux !
Aux noces de Cana, Jésus change six cents litres d'eau en excellent vin. A la Cène Il change le vin en son sang versé pour le salut du monde. En goûtant à cette ivresse spirituelle, l'homme purifie son goût pour ne plus chercher que le goût de Dieu en tout. Cette ivresse anti-drogue est la seule qui ne nous remplit pas de nous-mêmes, mais nous libère pour les autres et pour Dieu. Saint Paul recommande aux chrétiens de n pas se saouler (= se droguer) mais de s'enivrer de l'Esprit du Christ
(Ep 5, 18) Dans ce domaine, il n'y a pas de risque d'overdose !


3 tes parfums ont une odeur suave,

En termes symboliques, les odeurs signifient les vertus morales et spirituelles. Dans le langage courant, on dit bien que l'orgueilleux est « puant »! Tous les vices dégagent une espèce de puanteur. La bonne odeur du Christ, au contraire, est composée de ses multiples vertus, surtout son humilité, sa douceur, sa pureté, etc. Il s'en dégage une odeur unique, l'odeur de sainteté de l'Unique, reconnaissable entre toutes. L'âme amoureuse du Christ devient sensible à cette trace parfumée. Elle acquiert un odorat spirituel. (De même pour les quatre autres sens : purifiés par la foi, l'espérance et la charité, ils se mettent au service d'un « sixième sens », qui est celui de l'homme spirituel, et non plus psychique ; dans la tradition, ce sixième sens correspond au « discernement des esprits »).


ton nom est une huile épandue ;

Le nom du Bien-Aimé est l'Amour. Saint Jean nous dit lui même que Dieu est Amour. Mais il le dit grace à la révélation de l'amour apportée par le Christ. Pour le chrétien, cet Amour prend donc le visage unique de Jésus. Le nom de Jésus occupe désormais la place du nom sacré et ineffable qui évoque Dieu de manière mystérieuse.

Le nom de Jésus descend dans le coeur qui écoute sa parole et adhère à ses commandements. Peu à peu, à la mesure de l'amour qui répond au sien, Jésus pénètre spirituellement dans le fond de l'âme pour lui donner une force douce, paisible et joyeuse. Elle ne se lasse plus de redire ce Nom pour rejoindre sa présence secrète. Vin, parfum, huile : les trois images peuvent alors faire penser à l'ébauche d'un progrès. Au départ, l'ivresse de la première émotion ; ensuite, la persévérance dans les solides vertus, comme la persistance du parfum ; et finalement, l'accès à la profonde oraison contemplative, dans l'écoute et la répétition du Nom qui coule comme l'huile parfumée au plus profond du coeur.


c'est pourquoi les jeunes filles t'aiment.

Aucune jalousie dans l'amour de l'épouse ! Au contraire, elle s'ouvre généreusement aux autres. C'est que son Epoux est l'Universel en même temps que l'Unique. Elle ne peut pas l'aimer sans aussitôt désirer que tout le monde l'aime avec elle et comme elle. Elle n'est pas la préférée pour se faire valoir, mais pour entraîner toutes les nations, toutes les âmes derrière elle. En ce sens elle a une vocation sacerdotale et missionnaire.

C'est spécialement la grâce de Marie : elle ne s'appartient pas, elle n'a rien pour elle seule, mais une surabondance à communiquer de la part de Dieu.


4 Entraîne-moi après toi ; courons !

Suivre le Christ sur le chemin de la sainteté est une entreprise humainement impossible. Pourtant l'épouse-disciple est impatiente d'avancer, d'accélérer, de courir. Pour un peu, elle croirait que l'on peut arriver au but du jour au lendemain ! Elle sait qu'elle a besoin de l'entraîneur divin. Elle sait que, sans la grâce, elle n'est capable que de faire du sur place, ou de retourner en arrière. Il lui reste peut-être à découvrir combien cette attirance est douce, délicate, infiniment respectueuse de sa liberté, comme un parfum subtil. Avant de courir vraiment, ne serait-il pas plus réaliste de commencer par marcher à petits pas, puis de plus en plus vite ? N'est-ce pas cela l'entraînement progressif et pédagogique ? Mais le Bien-aimé se réjouit sans doute de ses ardents désirs.

Dans le pluriel de « courons », il ne suffit pas de voir le duo Epoux-épouse. Il faut englober également « les filles », compagnes de l'épouse, comme on l'a dit au vers précédent. Dans la communion des saints, toutes les âmes s'entraînent les unes les autres à suivre le Christ, « attirée par l'odeur des parfums » (selon l'expression fréquente des anciens commentaires).

L'Eglise est celle qui suit le Christ, en disciple fidèle. La Vierge Marie est la seule à courir au rythme de Dieu sans aucune résistance.


Le roi m'a fait entrer dans ses appartements ;

Surprise ! Aussitôt dit, aussitôt fait ! On ne s'attendait pas à ce que le but soit atteint si vite. Mais est-il vraiment atteint ? L'intimité de Dieu n'est jamais entièrement partagée. Ses appartements, son cellier, sa cave de bons vins, sa chambre royale : toutes ces images sont présentes ici. Elles évoquent ce sanctuaire secret où l'âme est invitée à pénétrer par l'union mystique. En réalité, nous verrons que cette expérience évolue dans le temps. Avant la mort, elle n'est jamais achevée. On va d'intimité en intimité, de grâce en grâce, de gloire en gloire, vers un sommet d'union chaque fois plus haut et encore nouveau. C'est Dieu qui garde l'entière initiative de cette course ascensionnelle. Il est bien le Roi, au sens absolu, le Roi du pur Amour. Ce qui est certain, c'est qu'il veut exaucer, au-delà de tout espoir, les désirs fous de ceux qui l'aiment par dessus tout. Et il ne tarde pas à le faire comprendre, d'une manière ou d'une autre.

L'Eglise est la communauté sainte où chacun peut avoir accès à l'intimité divine, s'il utilise les moyens qui sont à sa disposition (sacrement, prière, vie fraternelle, Parole de Dieu, etc.). La Vierge Marie, au coeur de l'Eglise, ne cesse d'habiter dans l'intimité divine la plus profonde.

nous tressaillirons, nous nous réjouirons en toi
nous célébrerons ton amour plus que le vin.

Là encore, l'Epouse n'oublie pas de partager son enthousiasme avec tous les autres qui voudraient se joindre à elle. Sa contemplation mystique prouve son authenticité dans cette ouverture constante sur l'humanité entière. Dans tout le Cantique, il en est ainsi : la plus grande intimité amoureuse n'est jamais exclusive ; au contraire, elle pousse irrésistiblement à la plus large invitation, ou, si l'on veut, à a plus large « évangélisation ».

Ici, la fête devient célébration liturgique totale : corps et âmes sont emportés dans la même jubilation. Le culte divin n'est pas triste ! On y retrouve les deux nuances qui marquent le début du Magnificat : joie extériorisée (« tu seras notre danse », « mon âme exalte le Seigneur »), t joie plus intériorisée (« en toi notre allégresse », exulte mon esprit en Dieu mon Sauveur »).


Qu'on a raison de t'aimer !

Dans la traduction littérale classique (Bible de Jérusalem), on a l'impression que l'amour redevient brusquement « raisonnable » Il est vrai que l'itinéraire spirituel ouvert par le Verbe incarné comporte une sage folie, une sobre ivresse, un enthousiasme maîtrisé. Mais, plus profondément, il s'agit d'une sorte de loi naturelle sur laquelle se greffe l'ordre de la grâce. Qu'est-ce à dire ? Tout simplement que l'univers entier est orienté, aimanté par l'Amour absolu. C'est donc dans la nature des choses que tout être, dans la droite ligne de son être, soit amoureux de Dieu par dessus tout. Même les lois abstraites sont soumises à cette attraction d'amour Cest pourquoi CHOURAQUI peut proposer cette traduction étrange : « Les rectitudes t'aiment ».

A la lumière de cet élan naturel de l'homme vers Dieu, on peut comprendre que l'Eglise vienne à la rencontre de tout être humain dans son désir le plus essentiel : elle se voit comme « sarement universel du salut ». Et la Vierge Marie, figure idéale de l'Eglise, est donnée par Dieu comme a mère de la grâce pour tout homme (Reine de l'univers ; cf Psaume 86).



2 Qu'il me baise des baisers de sa bouche !


Dernière édition par le Mer 25 Juil 2007 - 15:41, édité 4 fois
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10509
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu’il me baise des baisers de sa bouche ! CANTIQUE DES CANTI

Message par Joss le Mer 25 Juil 2007 - 17:04

(suite)


LE DESIR FEMININ – LE SACREMENT DU MARIAGE

Qu'est-ce, pour une fille, d'être en terminale A, de faire du tennis ou du pédalo, à ôté d'être aimée ? Qu'est-ce pour une femme, d'être boulangère ou ministre, conférencière ou caissière, ingénieur ou actrice, d'enseigner ou de faire la cuisine, à côté d'être aimée ?

Toutes ces fonctions ou ces actions sont pour elle des vêtements, ou des compensations, et n'ont de prix réel que lorsque le désir profond est comblé : être aimée !

Or Dieu est Amour....Et le secret que Dieu réserve à toute femme, c'est que, en Marie, toute femme est pour Lui sa petite fille, sa mère et son épouse ! Le secret virginal du coeur de a femme -être aimée d'un amour total et définitif- est la correspondance créée, immédiate et mystique, d grand secret divin.

Or, ce secret virginal, ce désir d'être aimé jusqu'au bout, est ce qu'il y a de plus précieux dans l'être féminin, et pour la femme, et pour l'homme. Parce que Dieu seul peut y répondre.

En demandant Dieu à l'homme, consciemment ou inconsciemment, la femme aime l'homme jusqu'au bout, l'enveloppe, enfante en lui le Verbe. Qu'il soit son mari ou le prêtre.

L'Apocalypse s'achève ainsi :

L'Esprit et l'Epouse disent viens ! Que celui qui entend dise : viens !

Oh oui ! L'Esprit et l'Eglise-Epouse disent au Christ-Epoux : « Viens ! »

Et dans le secret virginal et nuptial du coeur de la femme, l'Esprit s'écrie vers le Christ-Epoux : « Viens ! » à travers le ministère d'amour de l'homme, sanctifié par le sacrement du mariage, « Viens ! » à travers le ministère d'amour du prêtre, qui a reçu le sacrement de l'Ordre pour donner à 'Epouse, de multiples façons, la présence sacramentelle de Jésus.
[b]


Dernière édition par Joss le Mar 28 Juin 2011 - 18:44, édité 1 fois
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10509
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu’il me baise des baisers de sa bouche ! CANTIQUE DES CANTI

Message par Souricet le Ven 17 Aoû 2007 - 12:20

Ce qu'en dit Souricette : Very Happy

Le Cantique de l'âme
avatar
Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu’il me baise des baisers de sa bouche ! CANTIQUE DES CANTI

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum