MARTHE ET MARIE

LES DEFUNTS - LE PURGATOIRE - MARIA SIMMA VIDEOS

Aller en bas

LES DEFUNTS - LE PURGATOIRE - MARIA SIMMA VIDEOS

Message par Souricet le Mar 11 Sep 2007 - 14:45

La Journée des défunts est à la fois une journée de commémoraison et une journée d'intercession. On fait mémoire des défunts et on prie pour eux.

Le 2 novembre on pense à tous ceux qui nous ont quitté et qu'on n'oublie pas.

On prie pour les défunts, car ils ont besoin d'une purification pour être pleinement avec Dieu. Notre prière peut les aider dans leur épreuve de purification, en vertu de ce qu'on appelle "la communion des saints".La communion des saints, c'est la communion de vie qui existe entre nous et ceux qui nous ont précédés. Il y a, dans le Christ, un lien mutuel et une solidarité entre les vivants et les morts.

Pour que la Toussaint, le 1er novembre, instituée en France en 835, garde son caractère propre et qu'elle ne soit pas une journée des morts, Odilon abbé de Cluny, vers l'an 1000, impose à tous ses monastères la commémoration des défunts par une messe solennelle le 2 novembre. Cette journée n'est pas appelée "journée de prière" pour les défunts, mais "commémoration" des défunts. A cette époque ou la doctrine du purgatoire n'est pas encore élaborée comme à la fin XIIème siècle, il s'agit plus de faire mémoire des défunts que de prier pour eux.

Au XVème siècle, les dominicains inaugurèrent en Espagne l'usage de célébrer trois messes en ce jour. Le pape Benoît XV (+1922) a étendu à toute l'Église la possibilité de célébrer trois messes le 2 novembre en demandant de prier pour les nombreux morts de la guerre.

Diocèse de Nanterre


Dernière édition par le Sam 3 Nov 2007 - 14:11, édité 1 fois
avatar
Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LES DEFUNTS - LE PURGATOIRE - MARIA SIMMA VIDEOS

Message par Souricet le Ven 2 Nov 2007 - 17:57

Prions pour nos morts...
avatar
Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LES DEFUNTS - LE PURGATOIRE - MARIA SIMMA VIDEOS

Message par Souricet le Mer 7 Nov 2007 - 21:20

Si la loi de la mort nous afflige, la promesse de l'immortalité nous apporte la consolation.
(Missel romain, Préface I, pour les défunts)

Vivons gaiement et courageusement en Notre Seigneur et pour lui, et ne nous étonnons point de la mort.
(Saint François de Sales, Lettre 439)
avatar
Souricet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LES DEFUNTS - LE PURGATOIRE - MARIA SIMMA VIDEOS

Message par Joss le Sam 10 Mai 2008 - 13:22

DEUX VIDEOS SUR LE PURGATOIRE VU PAR MARIA SIMMA :

SITE : QUI EST MARIA SIMMA ?

www.purgatoire.net article complet sur la théologie du purgatoire et publication de nombreuses apparitions d'âmes du purgatoire à des saints et à des mystiques



avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10510
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES DEFUNTS - LE PURGATOIRE - MARIA SIMMA VIDEOS

Message par Joss le Dim 1 Juin 2008 - 16:52

avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10510
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES DEFUNTS - LE PURGATOIRE - MARIA SIMMA VIDEOS

Message par Joss le Jeu 24 Fév 2011 - 20:56





ADRIENNE VON SPEYR, laïque, stigmatisée 1902/1967

D'origine une protestante réformée, elle se convertit au catholicisme en la fête de la Toussaint, 1 Novembre 1940 à 38 ans, sous la direction spirituelle du célèbre jésuite théologien , Hans Urs von Balthasar. Après sa conversion, Speyr a commencé à avoir de nombreuses expériences mystiques de la Trinité et des saints.

PURGATOIRE


... "Elle se trouvait à nouveau près du fleuve de l'enfer. Elle sentait le fleuve passer derrière elle en lui frôlant le dos. Elle sentait son froid et sa fange gluante. Bien qu'il fût derrière elle, elle le voyait pourtant : il était fait des péchés abandonnés, ils flottaient comme des paquets dans l'eau boueuse, des paquets qui étaient enveloppés dans une sorte de toile de jute et qui contenaient différents péchés : orgueil, ambition démesurée, avarice, etc. Adrienne sentait le goût du fleuve dans sa bouche et rien ne l'aidait à lutter contre ce goût : ni nourriture, ni boisson. Il n'y avait personne dans le fleuve, seulement les péchés empaquetés par catégories. Le Seigneur non plus n'était pas visible, on savait seulement qu'il était présent là quelque part".

"Mais devant le fleuve, il y avait beaucoup de monde. Il y avait là des groupes de cinq à vingt personnes, et chacune avait devant ou derrière elle  une torche, une colonne de feu. Tout d'abord Adrienne ne comprenait pas ce que cela signifiait. Puis elle comprit que ces personnes ne devaient faire qu'un avec leur torche. Elles devaient la saisir, se précipiter dans le feu. Pour le moment elles ne le faisaient pas, elles attendaient la décision en face du fleuve. Ou bien plus exactement : on les laissait là jusqu'à ce qu'elles aient décidé de brûler. Brûler veut dire : se tenir près de son péché, se jeter dans le purgatoire, montrer leur désir de purification. Car on n'entre que volontairement dans le feu purificateur, il y faut de l'humilité. Et bien des gens attendent ici jusqu'à ce qu'ils décident de brûler".

"Adrienne donna des exemples. Prenons, dit-elle, l'un de nos braves bourgeois suisses, un homme rempli de principes, rempli de lui-même... L'homme meurt comme il est : il arrive maintenant pour ainsi dire dans un pays totalement étranger. Il n'y comprend rien de rien. Il a besoin de temps pour qu'il en vienne seulement à remarquer ce qu'avaient d'insensés ses principes inébranlables, qu'il n'est pas un type bien, mais un minable raté. Il était habitué à jouer l'homme fort, attablé au café en bras de chemise; maintenant il arrive pour ainsi dire dans un hôtel distingué à la table d'hôte, il fait d'abord remarquer à voix haute que lui, en tant que Suisse libre, il a bien le droit après tout de venir en bras de chemise si cela lui convient; comme personne ne rit, il commence petit à petit à éprouver de la gêne, il se fait de plus en plus petit"...

"Adrienne voit de très nombreuses âmes en semblable situation. Ce qui leur est commun, c'est une dureté de coeur. Elle me décrit toute une série de types qu'elle a vus là; parmi lesquels des gens comme il faut et pieux, à qui a manqué l'amour... ... ...Puis tous ceux qui, dans leur prière, promettaient à Dieu monts et merveilles et les lui offraient dans de longs discours au lieu de faire sa volonté; mais dans tous les sacrifices qu'ils apportaient ils ne faisaient justement pas la seule chose que Dieu voulait en vérité. Et encore des gens - des athées par exemple - qui étaient restés attachés à une fausse doctrine contre leur conviction intime ou qui étaient restés attachés à une moitié de foi"... ...

"Qu'il puisse y avoir un état devant le purgatoire proprement dit est pour Adrienne (et naturellement pour moi aussi) une grande et surprenante découverte. On doit d'abord être 'digne' et vouloir aller dans les flammes. Tant qu'on n'est pas prêt, on est comme placé dans un coin en face de l'enfer. Sans Dieu et sans les hommes, tout seul avec soi, jusqu'à ce que l'existence devienne si ennuyeuse que s'éveille un désir de l'amour. Je demande à Adrienne ce qui reste alors d'un petit bourgeois après la purification. Elle me dit : dans le feu, arrive une grâce si incroyable qu'elle s'attache à tout ce qu'elle peut trouver de positif dans l'homme, qu'elle s'y entend pour tirer quelque chose de tout : des plus petits élans d'amour, des plus petites aumônes, du moindre mot amical. Naturellement ce n'est pas le but du feu de nous faire là-haut tous égaux comme si le feu éduquait chacun aussi longtemps qu'il faudrait pour qu'il arrive aussi loin que les saints. Là-haut, Dieu laisse aussi à chacun son caractère et ses proportions. Mais le tout sur la base commune de l'amour".

"Devant l'enfer, on rencontre aussi tous les non baptisés et tous les enfants mort-nés. Je demande à Adrienne où ils sont. Elle dit : ... ... Ni au ciel, ni en enfer, ni dans le feu. Je demande ce qu'ils deviennent. Elle : on leur donne à boire. On leur donne lumière et intelligence. Moi : mais dans l'au-delà ils ne peuvent quand même plus se décider pour ou contre Dieu. Elle : non, cela leur est épargné, la grâce les élève plus haut, elle les prépare à la vision de Dieu sur un chemin spécial". Adrienne se souvient d'une conférence  où un théologien avait dit que ces enfants ne verraient jamais Dieu. "Cela ne va pas, dit-elle, on ne peut absolument pas dire cela".

Le P. Balthasar demande à Adrienne ce qu'il en est des enfants mort-nés. "Elle : ceux-ci sont dans le même cas que les enfants qui sont nés. Mais si on les a fait avorter, ceux qui les ont fait avorter doivent répondre d'eux; la grâce pour l'enfant leur est en quelque sorte soutirée par leur pénitence; et il est certes plus grave d'empêcher volontairement un être humain de naître, de pouvoir devenir chrétien et enfant de Dieu que de tuer un chrétien déjà constitué. On retire davantage à Dieu dans le premier cas".






"Elle avait d'abord vu une foule interminable de pécheurs, chacun à côté de sa torche. Aucun ne brûlait, aucun ne voulait s'ouvrir et se donner totalement. C'était des bandes immenses, une procession interminable. C'était un spectacle si effroyable qu'Adrienne s'agita de plus en plus : ils doivent se  repentir, ils doivent brûler à tout prix! Tout d'un coup aussi l'ancienne Adrienne fut éveillée; la morte en bas et la vivante en haut ne furent qu'une pendant un moment, c'est pourquoi elle put s'offrir elle-même, elle put collaborer. Et elle vit devant elle, dans la boue profonde où marchaient des pieds innombrables, une tout autre trace : l'empreinte du pied du Seigneur, qui traversait toutes les autres. Une trace absolument pure, une trace qui montait. Elle en fut saisie tout entière : suivre cette trace! Et pour l'amour du ciel : doucement, et soi-même ne pas laisser de trace derrière soi afin que personne ne soit trompé et se mettre à suivre ses traces à elle plutôt que celles du Seigneur. Elle savait qu'il y avait moyen de la suivre, qu'il y avait une corédemption".

"Il se produisit alors un mouvement de vie dans la procession; tous vinrent et lui remirent leurs torches. Elle en recevait, elle en recevait! D'abord elle s'appuya pour avoir une meilleure position, puis elle s'éloigna du mur pour pouvoir en saisir davantage, pour pouvoir aussi en porter avec son dos, mais finalement il y en eut tellement qu'elle tomba par  terre. Quand elle revint à elle, elle vit le Seigneur debout devant elle, avec un regard indicible. Avec ce regard qui transperce tout l'être, qui est sa propriété. Dans ce regard, son âme était ouverte devant lui, c'était comme une confession parfaite. Et maintenant elle le savait : il y a une rédemption, également pour les autres. Tous peuvent s'ouvrir de la même manière et tous se confesseront. Mais elle-même - elle disait toujours 'nous' - avait le droit de procurer cela. Une joie énorme s'empara d'elle quand elle reconnut qu'il y avait à nouveau une communion entre elle et les pécheurs. C'était encore toujours la scène de l'enfer, mais ici se rencontraient deux groupes d'hommes dans l'unité du Christ : ceux qui avaient le droit d'aider et ceux qui étaient secourus... ... ... (Puis, avec les plus grandes peines, le P. Balthasar conduisit Adrienne jusqu'à sa chambre à coucher). Chaque pas dans l'escalier était une aventure et une pleine mesure de souffrances. Mais elle était heureuse et elle disait toujours : il y a une rédemption!"



"L'après-midi, nous parlâmes longtemps du purgatoire et du ciel. Adrienne décrivit comment dans le purgatoire tout était purifié et soldé. A la fin de la purification, on a rattrapé toute négligence de manière à ce qu'on ne peut plus rien regretter. Au ciel, on ne pense jamais qu'on a négligé quelque chose sur terre. Cependant il n'y a pas uniformisation par le purgatoire, les différences demeurent qui sont conditionnées par la vie terrestre. Mais toute mensuration et toute comparaison sont supprimées. On peut seulement dire que les uns sont différents des autres. Les uns comprennent davantage, mais tous sont contents. Cela vaut naturellement pour les saints eux-mêmes; et ici il apparaît que les natures déjà sont de différentes tailles. Gratia supponit naturam : la sentence est valable jusque dans la plus haute béatitude. La petite Thérèse est certes une 'grande sainte', mais comme nature humaine, elle a un petit format comparé à celui de saint Paul. De ce que Dieu lui avait donné, elle a fait le maximum qu'elle a pu, c'est en cela que réside la grandeur de sa sainteté".

"Adrienne mentionna aussi qu'à la sortie du purgatoire se trouve la Mère de Dieu, en quelque sorte comme l'hôtesse du ciel, qui introduit les invités dans la salle. Vers la fin, Adrienne eut encore une grande vision de la rédemption... ... Elle me promit de me décrire cela plus tard".

1945



En arrivant dans le purgatoire, elles apportaient avec elles leurs empreintes et leurs idées humaines qui étaient en quelque sorte enfermées dans leur subjectivité. Elles doivent maintenant apprendre à juger selon la mesure de la justice et de l'amour de Dieu. Elles ne commencent pas toutes au même niveau. Les unes ont derrière elles une vie dans le péché, les autres une vie dans la grâce. Toutes sont pécheresses, mais elles ont saisi et reçu plus ou moins de la grâce. Toutes pourtant doivent mettre à jour leurs connaissances et s'adapter à l'atmosphère de Dieu. Elles doivent s'habituer à la justice du Père et à l'amour du Fils. En la matière, elles ne sont pas simplement passives, elles ne sont pas purifiées sans qu'elles le veuillent. Ce qu'a de passif le purgatoire, c'est qu'à présent elles ne sont mises que devant une possibilité : se laisser purifier, capituler devant la justice du Père et l'amour du Fils. Justice et amour attendent simplement d'être reconnus. Plus les âmes connaissent déjà l'amour et plus elles l'ont éprouvé, plus elles sont attendues par l'amour du Fils; plus elles étaient infatuées d'elles-mêmes dans la vie, voulant estimer toutes choses selon leur propre mesure morale, plus donc elles se trouvaient à côté de l'amour, plus elles tendent vers l'ancienne Alliance... ...Aucun coin de l'âme n'a le droit de se soustraire à la justice et aucun à l'amour. L'âme doit s'offrir tout entière à la justice et tout entière à l'amour, elle doit apprendre à connaître l'unité du Père et du Fils, elle n'a pas le droit d'être le moins du monde éclectique. Elle doit apprendre à être catholique. Cet aspect catholique consiste dans le fait qu'on se tient à la disposition de Dieu tout entier et qu'on ne choisit pas soi-même. Celui qui se confesse ne peut cacher aucun péché grave sans réduire à néant toute la confession... ... Dans le purgatoire, on ne peut pas mettre de conditions; on ne peut pas non plus vouloir faire juger tel péché par la justice et tel autre par la miséricorde, demander ici un peu plus d'indulgence tandis que là on veut bien porter éventuellement la juste expiation parce qu'on redoute la confrontation avec le pur amour. On doit se tourner de telle manière qu'on devienne accessible de tous les côtés à l'ensemble formé par la justice et par l'amour.




"Ceux qui se sont détournés, ceux qui ne veulent pas encore accueillir l'amour du Seigneur, le Fils doit les confier au Père ici en bas, il doit laisser s'accomplir en eux la procédure du Père. Les âmes sont enfermées dans cet état. Elles ne souhaitent aucune aide et aucune prière de l'extérieur. Elles ne reconnaissent pas leur faute, elles ne sont pas prêtes à recevoir la pure grâce du pardon comme l'unique moyen de s'en sortir. Elles se targuent de leur propre justice, de leurs principes, de leur vie passée. Elles veulent expier leurs péchés selon un procédé qu'elles comprennent elles-mêmes. Elles sont ainsi remises à la procédure du Père qui sait bien, dans son mystère, comment, pour chaque âme, il a à combiner justice et miséricorde afin de les forcer et les conduire à l'amour du Fils. Il mêle toujours déjà à sa justice une goutte de l'amour du Fils sans que l'âme le sache et le reconnaisse. Avec le temps la procédure agira... L'âme commence alors à souffrir en tous ses membres et à ressentir son incapacité à se tirer d'affaire elle-même, elle se voit forcée de renoncer à ses assurances. La cuirasse de morale pharisaïque dont elle s'était entourée lui devient insupportable. Elle comprend qu'elle n'en sortira pas toute seule : elle a besoin d'aide. Elle doit demander qu'on intercède pour elle. C'est alors que le Seigneur est libéré, lui qui était lié par son refus. C'est alors que sa prière pour l'âme devient efficace. Et elle qui jusqu'alors était prise dans les glaces se met en mouvement, aspire à l'amour, se dirige vers la sortie du purgatoire. C'est pendant que le pécheur désire l'amour et la pureté de manière toujours plus pressante qu'il se repent toujours plus de son péché, qu'il laisse la prière du Seigneur et de l'Eglise devenir en lui toujours plus efficace, que le changement décisif s'accomplit en lui. Dans la mesure où il reconnaît la gravité du péché, où il commence à voir toute l'étendue du monde du péché et de sa malice, il oublie les limites qui séparent sa propre faute de celle des autres. Il ne voit plus qu'une chose : l'offense infinie faite à Dieu par chaque péché. Il ne la reconnaît pas directement dans les autres (dans le purgatoire, on ne voit pas les autres), mais en jetant un regard en arrière sur son état, comment il était dans la vie et comment il était quand il est entré dans le lieu de la purification. C'est dans ce tableau de désolation qu'il reconnaît la nature du péché d'une manière générale. Il ne lui importe plus alors de savoir si lui-même ou un autre a commis le péché; il n'a donc plus le souci de sa purification et de sa rédemption personnelles, il ne calcule plus le temps pour ainsi dire qu'il doit encore passer ici. Il est tellement possédé par la pensée de l'expiation et de l'aide à apporter aux autres qu'il serait maintenant prêt à rester avec joie dans le feu jusqu'à la fin du monde si seulement Dieu en était moins offensé. Tout le poids passe du moi à l'amour de Dieu et, par l'amour de Dieu, à l'amour du prochain. L'âme ne veut plus atteindre de buts personnels, elle ne veut plus être qu'un instrument de l'amour. A l'instant où cette pensée la remplit, elle est sauvée. Il lui est permis de prier avec le Seigneur et avec l'Eglise, sa prière commence à être efficace dans la communion des saints, et ceci est l'absolution définitive avec laquelle elle entre au ciel. Le purgatoire, c'est le moi; le ciel, c'est les autres. Le passage se fait dans l'amour du Seigneur. L'ordre de l'amour dans le monde et dans le purgatoire est comme inversé; sur terre, le grand commandement du Seigneur est de nous aimer les uns les autres. Par l'amour du prochain, l'amour de Dieu est garanti et établi toujours plus solidement. Le chemin décisif vers Dieu passe par l'amour du prochain. Dans le purgatoire, c'est inversé : le pécheur reconnaît d'abord l'offense faite à Dieu dont il est responsable, il arrive à l'amour du Christ et, à partir de cet amour, l'amour des hommes s'ouvre pour lui. A l'instant où il voit que l'amour du Seigneur est eucharistie, c'est-à-dire partage infini avec les frères, il est sauvé : il passe de l'état de confession dans le  purgatoire à celui de la communion qui est le ciel".



avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10510
Age : 67
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES DEFUNTS - LE PURGATOIRE - MARIA SIMMA VIDEOS

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum